Les technologies de l’information, drogue dure ou nouvelle religion ?

Le CRÉDOC, ou Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie, est un organisme d’études et de recherche au service des acteurs de la vie économique et sociale subventionné par l’Etat.

Il publie chaque année un rapport sur la diffusion des Technologies de l’Information et de la Communication dans la société française .

L’étude de 2011 mérite qu’on s’y arrête un instant. En voici quelques conclusions :

Désormais les 3/4 des Français disposent du haut débit à leur domicile, et la quasi-totalité d’un téléphone mobile.

Les technologies de l’Information se propagent plus rapidement en France qu’en Europe et dans l’histoire des nouvelles technologies, c’est une des plus rapides diffusions que l’on ait connu.

Si cette diffusion concerne toutes les couches de la population, la « fracture numérique » se situe au niveau du nombre et de la sophistication des terminaux connectés dont chaque français dispose.

L’intensification et la diversification des usages de l’internet, en passant du e-commerce au visionnage de films ou de vidéo, se poursuit à un rythme soutenu.

Que même en période de crise, les arbitrages budgétaires des ménages continuent à préserver les TIC.  Que désormais, les Français indiquent avoir du mal à se passer d’Internet plus de 3 jours de suite…

Mais le plus révélateur est sans doute la perception que les français ont des réseaux sociaux. Malgré une  présence accrue sur ceux-ci, puisque désormais 40% des Français sont inscrits, le tiers des Français s’inquiète pour la protection de ses données personnelles.

Cette préoccupation de la protection des données personnelles est en forte hausse. Il est vrai que les dérives des grands acteurs tels que Google ou Facebook ces derniers mois ont sensibilisé l’opinion publique.

Les plus optimistes souligneront que la prise de conscience des français à cette question est de nature à exercer une pression salutaire sur le législateur pour qu’il intervienne afin de protéger les citoyens contre les géants de l’internet.

Quant aux mauvais esprits,  ils verront dans les TIC une drogue dure dont les français ne peuvent plus se passer.

Au XIXe siècle, un certain Karl Marx déclarait que la religion était l’opium du peuple…

D’ici à penser que l’Internet est une nouvelle religion, il n’y qu’un pas que l’Etat suédois vient de franchir en reconnaissant les adeptes du copie/collé sur internet, issu du Parti des Pirates … comme une nouvelle religion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *