La scandaleuse tribune des dirigeants des 4 opérateurs

Dans une tribune publiée dans le Monde sous le titre « L’Etat doit repenser la fiscalité du numérique », datée du 16 novembre 2011, les dirigeants des quatre principaux opérateurs fixes et mobiles dénonçaient la pression fiscale dont était victime le secteur des télécoms.

Il est vrai que le secteur des télécoms est celui qui est le plus taxé après ceux de l’alcool, du tabac et de l’essence…  Chaque français disposant d’un téléphone mobile et d’un accès interne,  c’est un impôt quasi général.

Les taxes sont multiples. On en dénombre plus d’une vingtaine dont celles sur les antennes, pour financer le manque à gagner publicitaire sur France Télévision, ou encore l’impôt forfaitaire sur les entreprises de réseaux (IFER)… C’est l’équivalent d’une TVA à 45% !

Pour demander une baisse de la fiscalité, et donc l’augmentation de leur profit, ils mettent en avant le nombre de 120 000 emplois dans le secteur et de 6 milliards par an d’investissement soit 10% de leur chiffre d’affaires…

Pathétique…

Ils omettent de préciser qu’en 10 ans, ce sont 50 000 emplois qui ont été détruits dont 25 000 emplois de centres d’appels délocalisés au Maroc, à Dakar, en Tunisie ou à l’Ile Maurice. Moins d’un appel sur deux passés aux opérateurs aboutit en France…

Quant au niveau d’investissement par rapport au chiffre d’affaire, en 10 ans il a presque été divisé par deux et a même baissé en euro constant. Pire : dans les 6 milliards qu’ils évoquent, il est inclus le prix des box fournis aux consommateurs…  Jetons un voile pudique sur les achats massifs faits aux constructeurs chinois au détriment de nos champions européens comme Alcatel, Ericsson, Siemens ou Nokia… qui ne sont plus que l’ombre de ce qu’ils étaient dans les années 2000.

Rappelons enfin que la France est en matière de déploiement de la fibre l’un des pays les plus en retard d’Europe…

Ces chiffres sont ceux du prétendu régulateur qu’est l’Arcep, incapable malgré la mission qui lui a été fixée par la Loi et l’agitation médiatique de son Président,  d’enrayer cette lente descente aux enfers.

Que dire quand on sait que France Télécom et Vivendi échappent à l’impôt sur les sociétés grâce à l’utilisation de dispositions fiscales avantageuses et de montages astucieux ?

L’Etat considère le secteur des télécoms comme une vache à lait, depuis que le tandem Breton/Lombard a sévi à France Télécom en organisant une politique court-termiste visant à maximiser les bénéfices dans le fol espoir de démontrer leur qualité de grand patron… chacun en connait les conséquences dramatiques.

Ce dont la France a besoin, c’est d’un véritable pacte économique et social où les opérateurs s’engagent (ou se voient contraints) à employer en France, à acheter français, à payer leurs impôts en France et à investir massivement dans de véritables infrastructures.

Elle n’a pas besoin de tribuns au service de la maximisation des profits pour le capital !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *